Tan Thi Shu qui a crée Sapa O’Chau, est née en 1986 dans une famille pauvre du village de Lao Chai, ville de Sa Pa. La famille de Shu à cette époque n’avait de quoi manger qu’un seul repas par jour. Shu, 12 ans, vendait du tissu de brocart dans le village. Un an plus tard, Shu a suivi ses pairs dans la ville de Sa Pa pour vendre des marchandises. 

Dans son esprit, elle avait aussi des pensées sans réponse : « Pourquoi est-ce difficile pour mes parents, pourquoi suis-je différente de tout le monde, pourquoi ne puis-je pas aller à l’école et avoir les mêmes opportunités que les autres ? Partout où je vais, je vois d’autres personnes que moi… ». Tan Thi Shu a rappelé le moment où un groupe d’enfants est allé s’est moqué de l’apparence courte et laide de la vendeuse de rue, ce qui la rendait encore plus triste.

sapa o chau trekking
Tan Thi Shu

Ces pensées ont suivi Shu jusqu’à l’âge de 20 ans, lorsqu’elle s’est acceptée comme pauvre et incapable d’aller à l’école. Cette acceptation, selon elle, n’est pas d’abandonner, mais de créer la motivation pour essayer. Shu a commencé à apprendre l’anglais en communiquant avec des invités occidentaux des phrases simples telles que « hello », « wish you a happy tour ».

Ensuite, elle a occupé des emplois dans des restaurants de la ville pour apprendre à communiquer en anglais. « À l’époque, peu importait combien d’argent je devais essayer de gagner par jour, mais ce que j’avais appris était important. »

Sapa O’Chau, le début

Grâce à sa curiosité, Tan Thi Shu a eu la première idée du projet Sapa O’chau avec le désir d’utiliser le tourisme pour soutenir sa propre communauté. Mais ce n’est qu’après des conversations avec des invités éloignés qu’elle a eu la détermination de le faire.

« Un jour, j’ai parlé de mon rêve avec quatre amis australiens. Ils n’ont pas d’argent pour moi mais ils me donnent la motivation pour réaliser mes rêves. Depuis, je réfléchis à tout et je pose la question : si je ne le fais pas, qui le fera ?

Et cette confession de rêve en 2007 a marqué le début du projet Sapa O’chau. O’chau en langue H’Mong signifie « merci », c’est à dire remercier Sa Pa, la terre qui a donné naissance à Shu et a amené les touristes. Parce qu’avec Shu, elle ne pouvait pas oublier les jours de colportage en ville, ses mains et ses pieds étaient sales, mais les invités l’ont laissée entrer dans l’hôtel pour prendre un bain, l’ont invitée à manger au restaurant. Un repas au restaurant pour le petit colporteur Hmong était vraiment impensable à cette époque.

Le projet a débuté en 2009 avec l’ouverture de la première famille d’accueil du peuple H’Mong dans la commune de Lao Chai, Sa Pa. Après cela, Mme Shu a officiellement créé l’entreprise en 2013 et a étendu son activité à d’autres types de tourisme tels que le café, les visites et les hôtels. Jusqu’à présent, l’entreprise de la fille H’Mong compte plus de 50 employés, dont une succursale dans la rue Hang Muoi, à Hanoï et aide chaque année environ 100 enfants à aller à l’école et à travailler.

Donner et recevoir

touristes a sapa

Créer des emplois et des opportunités d’apprentissage pour les enfants H’Mong et Dao est l’un des objectifs de Sapa O’chau depuis sa création. C’est aussi ce qui fait la différence pour la fille Hmong honorée par le magazine Forbes.

« J’enseigne aussi aux vendeurs de rue, ceux qu’on voit courir pour attirer les clients. Ils le font parce qu’ils ne connaissent pas d’autre moyen, pour la nourriture et l’argent. Les enfants qui participent à leurs cours ne feront pas ce travail plus tard. Ils sont allés travailler comme guides, ont ouvert une boutique, ont continué à étudier à Hanoï… Je leur ai donné une opportunité et j’ai vu à quel point leur avenir allait devenir grand », a déclaré Shu.

Cependant, tout le monde n’est pas admis aux cours. La condition préalable pour être acceptée, selon Mme Shu, est que les enfants doivent avoir leurs propres rêves. Les facteurs suivants sont les orphelins qui n’ont pas la possibilité d’aller à l’école, les opportunités d’emploi ; ménages pauvres; avoir des rêves que les parents ne respectent pas et ne soutiennent pas; d’autres amis provinciaux veulent être pionniers à Sapa.

Ici, les enfants n’apprennent pas seulement la culture mais aussi l’anglais gratuitement. En se connectant avec des volontaires étrangers qui visitent Sa Pa, Mme Shu a apporté des connaissances pratiques aux futurs touristes et des expériences précieuses pour les touristes.

classe anglais sapa ochau

Tan Thi Shu a déclaré qu’elle n’était pas d’accord avec l’opinion que les touristes diffusent souvent en ligne : « Ne prenez que des photos, ne laissez que des empreintes de pas ». Parce que grâce à des amis étrangers qui ont laissé plus que des empreintes de pas, il y a l’histoire d’une fille Hmong faisant du tourisme comme c’est le cas aujourd’hui.

Ce sont les invités qui invitent la vendeuse de rue à prendre un repas copieux tous les jours, des amis australiens qui soutiennent le rêve naissant de Tan Thi Shu dans une cuisine, ou des volontaires internationaux qui ont passé des années à enseigner l’anglais aux enfants dans une ville comme Sapa.

Après près de 20 ans, Sa Pa a toujours des enfants qui ne savent que se promener en vendant de la nourriture de rue pour gagner leur vie. Par conséquent, lorsqu’elle a été témoin du développement rapide de la ville, en particulier au cours des 5 dernières années, Tan Thi Shu était à la fois heureuse et inquiète. Elle est heureuse que sa ville natale se développe, mais elle craint que les gens ne puissent pas suivre ce développement.

la ville de sapa

«Il y a beaucoup de gens qui ont perdu leur souffle derrière. Certaines personnes ont vendu toutes leurs terres, ne savent pas comment elles vont continuer à vivre, comment vont vivre leurs enfants et petits-enfants alors qu’ils ne savent que travailler dans les champs », s’interroge Shu. Elle se rend compte que les ressources humaines à Sa Pa manquent beaucoup, les entreprises doivent embaucher des gens d’en bas, ce qui fait que les changements culturels s’opèrent fortement.

Par conséquent, pour développer un tourisme durable, la première chose que souhaite Shu est de former les gens à reconnaître leur beauté. Selon elle, nous regardons la terre dans laquelle nous sommes nés et grandissons chaque jour, donc nous voyons tout comme normal. « Mais pour faire du tourisme, il faut se rendre compte qu’on a quelque chose de plus beau que les autres. Vous devez être celui qui se tient au milieu, évoquant chez les visiteurs le désir d’avoir mis les pieds ici une fois.

Par exemple, dans la vallée de Muong Hoa, où elle est née, Shu pense qu’ici chaque saison change une couche de vêtements différente. Les gens qui ont l’habitude de vivre ne le remarquent pas, mais les étrangers sont très impressionnés. Sur cette route, je dois être qualifié pour leur parler, avoir le sens de l’humour et raconter des histoires culturelles », a souligné Shu sur le rôle des habitants de Sa Pa eux-mêmes.

Cette beauté vient aussi des choses les plus simples, comme les maisons, les instruments de musique folkloriques ou la culture. Seuls 6 groupes ethniques vivent ici, c’est un trésor de folklore à visiter et à apprendre. Selon Shu, ce sont ces beautés qui font revenir les touristes.

Ayant participé à de nombreux séminaires sur le tourisme durable aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, aux Philippines, au Laos, en Thaïlande, en Malaisie, en Corée et à Singapour, Shu veut que les garçons et les filles de son pays aient de grands rêves. « S’il y a un rêve de 5 ans ce n’est rien, 10 ans ce n’est rien », pensa Shu.

« La planification doit avoir un long terme incassable de 30 à 50 ans et tout le monde le suit. Il vaut mieux avoir 10 chambres petites mais belles et bondées tous les jours que quelques centaines de chambres qui n’ont d’invités que le week-end. Selon elle, Sa Pa devrait développer davantage de familles d’accueil pour découvrir la culture locale et apprécier les valeurs uniques de chaque groupe ethnique.

Leave A Reply