Mon image

L’histoire du réseau de tramway de Hanoi

Lorsqu’ils ont établi pour la première fois des plans pour un réseau de tramway à l’échelle de la ville en 1894, il semblait que les autorités de Hanoi suivraient l’exemple de Saigon en optant pour la traction à vapeur. Pourtant, au moment de l’approbation du gouvernement en 1899, les progrès technologiques ont permis de construire l’ensemble du système en tant que tramway électrique ultramoderne d’un mètre.

En 1900, la Compagnie des Tramways Électriques d’Hanoï et Extensions (CTEH) devait s’installer pour construire les deux premières lignes de tramway, inaugurées conjointement en novembre 1901.

Partant du terminus de la place des Cocotiers à côté du Petit Lac (lac Hoàn Kiếm), la ligne 1 menait vers le sud jusqu’à Bạch Mai et la ligne 2 vers le nord-est jusqu’au village de Giấy, près du marché Bưởi actuel. Une décision ultérieure du 20 juillet 1905 autorisa l’extension de la ligne 1 jusqu’à Chợ Mơ sur la Route Circulaire (aujourd’hui Đại La Street).

En 1904, les travaux ont commencé sur la ligne 3, qui menait à l’est du Petit Lac à la Pagode des Corbeaux (le Temple de la Littérature) et se dirigeait ensuite vers le sud-ouest jusqu’à Thái Hà Ấp. Cette ligne a été étendue à Hà Đông en 1914 et au marché Cầu Đơ en 1938.

La construction de la ligne 4 a commencé en 1907. En suivant le chemin de la ligne 3 de la place des Cocotiers à la pagode des Corbeaux, elle a ensuite bifurqué vers l’ouest jusqu’au pont du Papier (Cầu Giấy).

Dans ses premières années, malgré son apparente popularité, le réseau de tramway de Hanoi a connu des problèmes financiers continus. Jusqu’en 1913, le CTEH est resté une opération déficitaire. Par la suite, les bénéfices sont restés relativement modestes, empêchant un entretien adéquat de son matériel roulant, de sa voie, de sa caténaire et de ses bâtiments. En 1929, le réseau de plus en plus délabré a été repris par la Compagnie des Tramways du Tonkin (CTT), qui a modernisé de grands tronçons de voies et de caténaires et a commandé des ensembles de tracteurs et de remorques de deuxième génération de remplacement en France.

C’est dans le cadre du CTT que la dernière étape de l’expansion du réseau a été mise en œuvre. Une décision du 14 novembre 1930 autorise la création de la ligne 5, qui bifurque sur la ligne 3 et se dirige vers le sud le long de la route Mandarine jusqu’à Kim Liên et vers le nord de la place Neyret à Yên Phụ sur la digue de la rivière Rouge. En 1943, la ligne 5 est prolongée plus au sud jusqu’à la Route Circulaire, afin de desservir l’hôpital René Robin, la station de radio et l’aérodrome de Bạch Mai. Avec l’achèvement de la ligne 5, le réseau de tramway à Hanoi avait atteint environ 30 kilomètres de long.

En 1952, au plus fort de la première guerre d’Indochine, la CTT est rebaptisée Société des transports en commun de la région d’Hanoï. Cependant, le 1er juin 1955, cette société a cessé ses activités et toutes les voies, l’équipement et le matériel roulant ont été transférés à la nouvelle République démocratique du Vietnam.

Contrairement à son homologue de Saigon, le réseau de tramway de Hanoi a continué de fonctionner pendant près de 30 ans après l’indépendance. En fait, en 1968, le Comité populaire de Hanoi a même construit un éperon supplémentaire à partir de la jonction Cửa Nam le long de la rue Cột Cờ (maintenant Điện Biên Phủ) et de la rue Hùng Vương, rejoignant la ligne 2 au sud du lac Trúc Bạch. Cependant, au début des années 80, la voie ferrée, la caténaire et le matériel roulant s’étaient détériorés au point que le tramway n’était plus adapté à sa destination. La ligne 1 (Bạch Mai Phong) a été fermée en 1982, suivie les années suivantes par la ligne 4 (Cầu Giấy), la ligne 3 (Hà Đông), la ligne 5 (Yên Phụ) et enfin, en 1989, la ligne 2 (Đường Bưởi).

La ligne 4 (Cầu Giấy) s’est vu offrir un bref sursis en 1986, lorsque l’itinéraire a été repris par une petite flotte donnée de vieux trolleybus d’Europe de l’Est. La flotte de trolleybus de Hanoi-Cầu Giấy a survécu aux tramways, se poursuivant jusqu’en 1993, date à laquelle elle aussi a été victime de modernisation.

Leave A Reply