Les familles déplacées par les inondations au centre du Vietnam, plongés dans le chaos

0

Des dizaines de familles dans la province centrale de Quang Nam sont rentrées chez elles 23 jours après l’évacuation en raison des inondations et des glissements de terrain déclenchés par la tempête Molave, pour ne trouver que peu de choses.

Ho Thi Kien est assise avec ses deux enfants alors qu’elle regarde ce qui était leur maison, maintenant enterrée à cinq mètres sous les décombres. «Ma maison et tous nos biens ont été soit emportés par des crues éclair, soit enterrés par des glissements de terrain. Nous sommes restés les mains vides. Depuis quelques jours, nous comptons sur des proches», a-t-elle déclaré.


Le 28 octobre, Molave ​​a frappé le Vietnam comme l’une des tempêtes les plus puissantes à avoir jamais touché le pays en 20 ans, entraînant des averses torrentielles qui ont entraîné des inondations soudaines et des glissements de terrain dans la région centrale. L’un de ces glissements de terrain a enterré 39 maisons, une école et une infrastructure de circulation dans la commune de Phuoc Thanh du district de Phuoc Son à Quang Nam. Aucun décès humain n’a été enregistré puisque tous les résidents avaient été évacués avant l’arrivée de la tempête.

Un quartier résidentiel détruit par un glissement de terrain. La commune entière est restée isolée jusqu’à mardi lorsque les groupes de travail ont finalement réussi à la reconnecter avec le monde extérieur.

Ce qui reste d’une maison après des crues soudaines.

La maison de Ho Thi Hoa a raté de peu l’impact des crues soudaines. Sa famille a recouvert la pente adjacente avec une toile pour éviter une nouvelle érosion du sol en cas de pluies supplémentaires.

À l’intérieur de la maison, la fille aînée de Hoa, Ho Thi Ngoc Khanh, est assise à côté de la pente et tient son jeune frère. « Nous n’avons nulle part où aller. Tout ce que nous souhaitons en ce moment, c’est que les autorités nous allouent une aide humanitaire et aident à notre réinstallation. » En cas d’aggravation de la situation, toute la famille se réfugierait au bureau communal.

Des maisons bordant une rue de la commune de Phuoc Thanh vues avant et après des inondations soudaines et des glissements de terrain ont frappé la localité.

Pendant plus de trois semaines, les nouveaux sans-abri se sont réfugiés au centre médical de la commune, comptant sur les dons de nourriture et de produits essentiels.
«Après 10 ans, mon mari et moi avions gagné assez pour construire notre propre maison, mais maintenant tout est parti. Il ne me reste plus que les vêtements sur mon dos», a déclaré Nguyen Thi Mai Ly, l’une des femmes sur la photo.

La route détruite menant à une école primaire-secondaire à Phuoc Thanh.

Un dortoir pour enseignants détruit par la tempête.

Ce jardin d’enfants était encore en construction lorsque des inondations ont balayé une partie de son rez-de-chaussée. «La crue éclair a entraîné des roches et des rondins, emportant tout sur son passage», a rappelé un local.

Les ouvriers nettoient un entrepôt recouvert d’une couche de boue de près d’un demi-mètre d’épaisseur.

Un arbre laissé par les inondations est scié en piliers pour être utilisé comme renfort pour une maison.
Nguyen Quang, vice-président du district de Phuoc Son, a déclaré que les autorités se concentrent désormais sur la réparation des maisons partiellement endommagées. Pour ceux qui ont perdu leur maison, le district fournirait tous les matériaux nécessaires pour construire des abris temporaires. «Une fois que tout sera sous contrôle, le district construirait une zone de réinstallation adéquate», a-t-il déclaré.

A propos

Mon image

Avatar

Julien Khohler est un contributeur à Vietnam Mag. Expatrié en Asie depuis 20 ans

Comments are closed.