Tan An, un village traditionnel de la province de Quang Binh, produit des galettes de riz depuis plus d’un siècle.

260 ménages locaux du village de Tan An, commune de Quang Thanh du district de Quang Trach produisent des galettes de riz pour gagner leur vie, consommant au total 300 tonnes de riz par an. Ces jours-ci, alors que les températures à Quang Binh atteignent 40 degrés Celsius, Tan An est à son plus productif.

A 7 heures du matin, Mai Thi Bau, 57 ans, allume le poêle et commence à travailler. Sa famille produit une galette de riz combinant de l’amidon de tapioca, du sel et du sésame noir. Aujourd’hui, certains ménages ajoutent des assaisonnements et du piment supplémentaires.

Bau produit environ 300 galettes de riz par jour. Elle a dit que s’asseoir près du feu pendant des années avait affecté sa santé. « Vous pouvez vous asseoir pendant ce travail, mais c’est toujours beaucoup plus lourd que de travailler à l’extérieur. »

Nguyen The Phuong, 60 ans, aide généralement sa femme Bau à faire tremper le riz dans l’eau avant de le moudre en farine. Le travail, généralement réservé aux femmes, convient parfaitement à un Phuong retraité.

Il y a plus de 10 ans, les villageois de Tan An ont mécanisé le processus de production de galettes de riz, avec 45 unités actuellement en fonctionnement.

Nguyen Hong Chuyen, 55 ans, propriétaire d’une installation de production mécanique, a déclaré qu’elle se réveillait tôt le matin pour moudre et cuire le riz à la vapeur afin d’éviter que le riz devienne cloquant. « A 23h-0h, je fais une pause car il fait trop chaud. »

Deux mains habiles retirent la galette de riz roulée par la machine de la grille de séchage. Pour faire jaunir  la galette, de la fécule de maïs est ajoutée à la farine .

Ce travail ne dure que de Février à Octobre chaque année , le broyage est à l’arrêt pendant la saison des pluies.

La galette de riz est placé en piles de 20 et coupée en carrés.

« La température extérieure est très chaude mais le four est bien pire. Bien que nous soyons mal à l’aise, nous devons travailler dur », a déclaré Chuyen.

À l’heure actuelle, le village de Tan An crée des emplois pour 80 habitants qui gagnent entre 100 000 et 200 000 VND par jour.

La galette de riz, y compris le sésame noir, le sésame jaune et celui pour faire des rouleaux de printemps, est séché au soleil.

La galette de riz au sésame noir ne sèche que trois heures environ, sinon elle se plie et s’effrite, obligeant les villageois à garder un œil attentif.

Une villageoise prend une courte pause en attendant que sa galette de riz sèche.

Dans l’après-midi, des galettes de riz sec sont rassemblées et emballées. La mécanisation permet à cette installation de produire 35 tonnes de galette de riz par an.

Retirer les galettes de riz des étagères est une procédure délicate.

La dernière étape consiste à compter le nombre de galettes de riz dans chaque paquet avant leur distribution dans des localités comme Hanoi, Hue et Da Nang.

Mon image

Comments are closed.